HISTOIRE D'EAUX

Publié le par sevydon

 
Un sursis de quelques mois avant que Bruxelles n'applique la sanction. Les élections présidentielles ne font que repousser l’amende infligée à la France pour non respect des directives concernant la qualité des eaux de certaines rivières bretonnes. Ce sera l’un des héritages qu’il faudra bien assumer…après. Et qui paiera ? Les pollueurs ou le contribuable ? Pourtant, les subventions sont encaissées, subventions pour la mise aux normes des porcheries, subventions pour diminuer l’importance des exploitations alors que de nouvelles extensions sont réalisées avec autorisations administratives en règles…
 
Simple coïncidence ? Sur France 2, aujourd’hui 22 au JT de 13h, un reportage sur la source de Vittel. Le plateau Vosgien est protégé sur les 9000ha autour du lieu de captage ! Et quelle protection ! Rotation obligatoire des cultures, permettant d’éviter l’usage de pesticides, recyclage des excréments d’animaux (très peu de porcins) en compost géré par une société dépendant des eaux de Vittel, aide financières aux exploitations du site pour qu’une charte du respect de l’environnement soit scrupuleusement respectée…Tout ça grâce à Nestlé, propriétaire, investisseur et…bénéficiaire.
 
A l’ouest, les Bretons se gorgent de nitrates jusqu’au bord du chapeau rond, se remplissent les narines de senteurs particulièrement agréables du lisier, n’utilisent plus l’eau du robinet même pour la toilette, craignant que le corps ne se recouvre d’algues vertes (je rigole). Tu bois de l’eau bretonne, faut ensuite faire une cure de désherbant…
Le Breton, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, s’est donc mis à l’eau minérale…
 
Une solution : privatiser les rivières bretonnes, en espérant que la multinationale Nestlé, soit intéressée et applique à la Bretagne les mesures draconiennes qu'eelimpose aux exploitants vosgiens. Pour le plus grand bien de l'eau et... des actionnaires… Si la bourse s’en mêle, une amélioration est envisageable.
 
Autre possibilité : rechercher, génétiquement, un poisson OGM se nourrissant exclusivement de matières nitratées, virant au vert fluo quand il est saturé. Placés dans des cages immergées, ils dénitrateraient les eaux, sans être introduits dans la chaîne alimentaire.
 
Les solutions ne manquent pas si on se donne la peine de réfléchir, il en est une dernière, plus utopique, voire provocante, qui consisterait à se donner les moyens et le courage de faire appliquer et respecter la loi !!!

Publié dans actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article